• eglisesarments

Sur les pas d'Esdras : jour 2

Passage du jour

1 Thessaloniciens 2.1-16


Rappel du plan du livre

1. Rester fidèle (1.1 – 3.13)

a. Salutations de Paul (1.1)

b. La foi des Thessaloniciens (1.2 -10)

c. Paul rappelle sa visite (2.1-16)

d. Le rapport de Timothée sur l’Eglise (2.17-3.13)

2. Rester vigilant (4.1 – 5.28)

a. Vivre pour plaire à Dieu (4.1-12)

b. L’espérance de la résurrection (4.13-5.11)

c. Dernières recommandations de Paul (5.12-22)

d. Salutations finales de Paul (5.23-28)


Commentaires sur le chapitre 2


2.1 : Paul parle ici de sa première visite à Thessalonique (cf. Actes 17.1-9).


2.2 : les Thessaloniciens savaient que Paul avait été emprisonné à Philippes juste avant de venir à Thessalonique (cf. Actes 16.11 – 17.1). La crainte de la prison n’a pas empêché Paul de prêcher la bonne nouvelle. Dieu nous donnera toujours la force et le courage nécessaires pour faire ce qu’il nous demande, quels que soient les obstacles sur notre chemin.


2.3 : cette affirmation constitue peut-être une réponse aux accusations émanant des chefs religieux qui avaient excité la foule (Actes 17.5). Paul ne recherchait par l’argent, la gloire ou la popularité en annonçant la bonne nouvelle. Il démontre la sincérité de ses motivations en rappelant que Silas et lui ont souffert pour avoir prêché à Philippes. Il est possible de s’engager dans le service pour Dieu pour plusieurs raisons, qui ne sont pas toutes bonnes ou pures. Lorsque nos mauvaises motivations sont découvertes, toute l’œuvre de Christ en souffre. Si nous entrons dans un ministère, faisons-le par amour pour Christ et pour les autres.


2.4-8 : en voulant gagner quelqu'un à notre cause, nous pouvons être tentés de modifier notre position pour rendre le message plus attractif, ou encore de recourir à la flatterie. Paul n’a jamais changé son message pour le rendre plus acceptable, il a toutefois adapté ses méthodes à chaque auditoire. Varions les approches en fonction des circonstances, mais veillons à ne pas altérer la vérité de la bonne nouvelle.


2.5 : il est répugnant d’entendre « passer la pommade » à quelqu'un. La flatterie est fausse, elle est un moyen de cacher les intentions véritables de celui qui y recourt. Les chrétiens ne devraient pas être des flatteurs. Ceux qui proclament la vérité de Dieu doivent être particulièrement vigilants en ce qui concerne l’honnêteté. Suis-je honnête et droit en parole et en actes ? Ou bien dis-je aux gens ce qu’ils veulent entendre afin d’obtenir ce que je veux ou de prendre les devants ?


2.6-8 : Paul n’a pas essayé de flatter les Thessaloniciens, il n’a pas recherché leur louange ni leur soutien financier. Silas et lui ont concentré leurs efforts sur le message du salut de Dieu. Cela seul comptait ! La vie des croyants de Thessalonique a été transformée par Dieu, et non par Paul ; c’est la parole de Christ qu’ils ont crue, et non celle de Paul. Lorsque nous témoignons de Christ, ne soyons par préoccupés par l’impression que nous allons donner. En tant que vrais serviteurs de christ, élevons Christ et non pas nous-mêmes.


2.7 : la douceur n’a pas la cote dans notre société. Le pouvoir et l’agressivité inspirent davantage le respect, même si personne n’aime être agressé. La douceur, c’est l’amour en action : la considération, l’intérêt prêté aux besoins des autres, le temps accordé à l’autre pour s’exprimer, la volonté d’apprendre. C’est un trait de caractère essentiel pour les hommes aussi bien que pour les femmes. Gardons une attitude de douceur dans nos relations avec les autres.


2.9 : même s’il était en droit de recevoir un soutien financier de la part de ceux qu’il enseignait, Paul subvenait lui-même à ses propres besoins en exerçant le métier de fabricant de tentes (Actes 18.3), pour ne pas être une charge pour les nouveaux croyants de Thessalonique.


2.11-12 : par ses paroles et son exemple, Paul encourage les Thessaloniciens à vivre d’une manière digne de Dieu. Dans ma vie quotidienne, y a-t-il quelque chose que Dieu n’approuverait pas ? Que pensent les autres à propos de Dieu en me regardant ?


2.11 : aucun père aimant ne risquerait la sécurité de ses enfants en les plaçant dans des circonstances douloureuses ou fatales. De la même manière, prenons les nouveaux croyants sous notre aile jusqu'à ce qu’ils soient assez mûrs pour demeures fermes dans la foi. Aidons-les à acquérir suffisamment de force pour gagner d’autres personnes à la bonne nouvelle.


2.13 : dans le nouveau testament, le terme parole de Dieu désigne généralement la prédication de la bonne nouvelle, l’Ancien Testament ou Jésus-Christ. Aujourd'hui, nous ne l’appliquons qu’à la Bible. Mais souvenons-nous que Jésus-Christ lui-même est la parole (Jean 1.1).


2.14 : de même que les croyants d’origine juive de Jérusalem étaient persécutés par d’autres Juifs, les chrétiens non juifs de Thessalonique étaient persécutés par des non-Juifs. La persécution peut entraîner le découragement, particulièrement lorsqu'elle vient de votre propre peuple. Votre engagement pour Christ peut vous apporter opposition, désapprobation et moquerie de la part de vos voisins, de vos amis et même de votre propre famille. Paul vise ceux des Juifs qui se sont opposés à sa prédication de la bonne nouvelle, et non tous les membres du peuple juif. Nombre de ceux qui s’étaient convertis grâce au ministère de l’apôtre étaient juifs, tout comme lui (2 Corinthiens 11.22).


2.15-16 : pourquoi tellement de Juifs étaient-ils opposés à la foi chrétienne ?

  1. Le judaïsme était légalement reconnu par le gouvernement romain, mais les relations restaient tendues. Les Romains considéraient le christianisme comme une secte du judaïsme, c’est pourquoi les Juifs craignaient d’être eux aussi victimes d’éventuelles représailles contre les chrétiens.

  2. Les chefs religieux juifs pensaient que Jésus était un faux prophète, et ils ne souhaitaient pas que ses enseignements se répandent.

  3. Ils craignaient de perdre leur position politique si de nombreux juifs étaient attirés par la foi chrétienne.

  4. Ils étaient fiers de leur statut particulier de peuple élu de Dieu, et ils étaient irrités par le fait que les non-juifs pouvaient devenir des membres à part entière de l’Eglise.

67 vues2 commentaires

© 2016 les sarments